6 pans 1 crayon | Outils de base pour l'entretien courant de la moto
 
Conseils pour débuter sur piste
L'équipement

 

Le casque :
Intégral obligatoirement, homologué, et n'ayant pas chuté. Si des traces de chutes sont visibles vous avez toutes les chances de vous voir refuser l'accès à la piste.

Les gants :
Les gants de type “racing” (avec des protections sur les phalanges) sont conseillés, mais le minimum est qu'ils soient entièrement en cuir avec des manchettes longues.

Combinaison ou pantalon/blouson : 
Votre équipement doit impérativement être en cuir. Le blouson cuir + pantalon cuir sont acceptés sous réserve qu'ils se zippent entre eux. La combinaison est mieux adaptée, mais le prix d'achat est plus élevé qu'un ensemble blouson+pantalon. Je ne vous la conseille que si vous comptez faire de la piste régulièrement ou si vous avez un bon plan sur une occasion. 

Sous la combi, éviter les collants ou vêtements en acrylique et privilégiez le coton. Une couche thermique ne sera parfois pas de trop sous votre cuir. Les sliders (pièce ovale en résine au niveau du genou) ne sont pas obligatoires puisqu'il ne s'agit pas d'un élément protecteur. Mais il deviendra essentiel dès que vous serez prête à "poser le genou", sinon, comment frimer auprès des copines ?!?

La dorsale :
On privilégiera les dorsales indépendantes (non intégrées au blouson), mais dans tous les cas, ça doit être une vraie dorsale et pas cette plaque de mousse qu'on trouve souvent dans les blousons à l'achat.


Vous pouvez tout à fait faire vos premiers tours de roue sur circuit avec votre moto de route. Le minimum étant de la protéger avec tampons de protection ou pare-carters, protection d’axe de roue (mais ce n’est pas obligatoire).


Attention à votre pot d’échappement : Pour les adeptes du full barouf, la plupart des circuits font des contrôles au sonomètres avant le début des roulages et peuvent vous interdire l'accès à la piste, en général, c’est limité 95db. Les pots d'origines sont en grande partie dans les normes. Certains circuits ne sont pas limités comme le circuit Carole.


Vous aurez peut être à scotcher vos phares et clignotants (pour éviter que les débris ne se répandent sur la piste en cas de chute), prévoyez un rouleau de scotch américain (ou quelque chose qui colle moins fort, comme le scotch isolant, utilisé en électricité, qui risque moins d’abîmer vos phares). Il vous faudra aussi enlever (ou rabattre si c'est possible) vos rétroviseurs, vous n'en aurez pas besoin. Sur piste, il est dangereux de regarder ce qui se passe derrière soi.


Plus tard, si vous êtes mordue ou effrayée à l'idée d'abîmer votre moto de route, vous passerez peut être à une moto de piste : sans phare, sans clignotant ou sans klaxon, carénages d'origine remplacés par des "polys" qui ont l'avantage d'être réparables plus facilement (ils se cassent un peu moins facilement aussi car ils sont plus souples). Vous pouvez en trouver d'occasion et les peindre à votre goût. Pour bricoler sur la moto, les polys de piste s'enlèvent aussi plus rapidement que les carénages d'origine (ils sont en général fixés avec des vis “dzus” à serrage rapide).


Si vous optez pour une pistarde, pensez que vous devrez aussi investir dans une remorque moto, car votre belle ainsi transformée ne sera plus homologuée pour la route. Ces transformations sont réversibles, vous pourrez la remettre en configuration route pour la revente mais je vous déconseille de faire le changement poly/carénages route trop souvent. C'est souvent assez long et vous risquez d'abîmer les pièces. Vous trouverez aussi facilement des motos de piste toutes équipées d’occasion sur le bon coin-coin.

Quelque soit l’option choisie, avant de prendre la piste, il est essentiel de vérifier votre moto : serrage des vis ou embouts de guidon, niveau des liquides (freins, huile, refroidissement), état et tension de la chaîne, l'état de vos plaquettes et de vos pneus. La pression des pneus sur piste doit être inférieure à votre pression route, car il vont monter en température et donc en pression, plus que sur route. Vous aurez également un meilleur grip. N’hésitez pas à demander conseil sur place selon votre type de pneus. Les Michelin Pilot Road par exemple, on une carcasse rigide qui ne tolère pas de grande baisse de pression, vous risquez de les endommager.
 

 

L'assurance :
Sachez que très peu d'assurances vous couvriront sur piste (que ce soit pour vous, votre moto, ou les dégâts que vous pouvez causer à autrui ou au circuit). Rapprochez vous de votre assureur pour vérifier si oui ou non il vous couvre sur circuit.


Le cas échéant, vous pouvez souscrire une assurance à la journée, par exemple sur ce site :
www.assurancepiste.com (resp.civile : 16,50€ obligatoire + individuelle accident conseillée : 12€). Néanmoins, de plus en plus d'organisateurs intègrent l'assurance responsabilité civile à leurs offres de roulage. Dans ce cas, ils le mettent clairement en avant dans la présentation du roulage.

Si vous avez souscrit une licence FFM, elle intègre déjà une assurance. Le coût de cette licence étant assez élevé, je ne vous la conseille que si vous pensez rouler vraiment très régulièrement ou si vous souhaitez faire au moins 3 compétitions dans l’année.

 

Sur place, vous devrez finaliser votre inscription en présentant votre permis et assurance ou licence FFM.

Choisir l’organisateur et la formule adaptée :
La piste est ouverte à tous-tes, même aux grandes-s débutantes-s, sous réserve d’être tout de même bien à l’aise avec sa moto. Le pilotage de base devra être instinctif car vous aurez de nombreuses choses à apprendre, parfois contradictoires avec ce qui s’applique sur route (position, trajectoires…).


Il est important de bien choisir votre encadrement et préférable de commencer par un roulage conseils (journée Mutuelle des Motards par exemple, pour un tarif très attractif, ou stage, plus personnalisé mais aussi plus cher). En général, lors des journées de roulage encadré, vous serez répartis en 3 groupes de niveaux (variable selon les organisateurs, certains imposent des temps au tour) :
- débutant
- intermédiaire
- confirmé
Attention, si vous avez un niveau “confirmé” sur route, vous ne devez pas considérer que vous avez ce niveau sur piste. Lorsque l’on débute la piste, on en débutant. Si au cours de la journée vous ne vous sentez pas à votre place, il y a souvent moyen de s’arranger avec l’organisateur pour changer de groupe.


Il est fortement déconseillé de commencer par un roulage gratuit à Carole, c’est la foire, il n’y pas de groupe de niveaux, vous risquez de vous mettre en danger.


Il existe aussi des roulages 100% féminin (par la FFM sur le circuit carole, d'autres organisateurs).


Un site recense les différent roulages : www.calendrier-piste.fr/

Tarifs :

Variables selon les circuits et les organisateurs, en moyenne entre 70€ et 130€ la journée pour un roulage simple.



- Pour signaler aux autres que vous “découvrez” le roulage sur circuit, que vous risquez d’avoir un rythme inférieur ou des trajectoires parfois imprévisibles, vous pouvez porter un gilet jaune. Ainsi les autres usagers garderont leurs distances et tâcheront de ne pas vous surprendre.
- On ne se retourne pas, sur piste on est responsable de ceux qui se trouvent devant nous, et seulement devant.
- On ne s’arrête pas, même si votre ami-e a chuté. Si les secours ou un véhicule technique doivent intervenir, ils ne le feront qu’une fois la piste dégagée, de plus vous vous mettez en danger.
- Si vous chutez, pas de panique, mettez-vous au plus vite hors trajectoire et on n’enlève son casque sous aucun prétexte. Attendez que le camion vienne vous chercher.
- Si vous voyez un drapeau jaune, ralentissez, s’il est rouge, finissez votre tour à allure réduite et rentrez aux stands.
- Comme sur route, restez humble !
- Ecoutez-vous. Si vous êtes moins lucide, avant même de vous sentir vraiment fatiguée, arrêtez-vous. La piste, c’est épuisant, surtout au début, ne cherchez pas à tout prix à rentabiliser votre journée de roulage ou ça pourrait vous coûter beaucoup plus cher.... Vigilance maximale pour la reprise d’après déjeuner ou la dernière session, c’est souvent là que les chutes arrivent.

- Pour sortir, levez une main quelques virages avant pour prévenir les autres pilotes que vous sortez, restez à droite (si la sortie est à droite) ou à gauche (si la sortie est à gauche sans couper la trajectoire.

Toutes ces règles vous seront systématiquement rappelées avant le début du roulage. La  plus importante : S’amuser !



- Vous hydrater pendant les journées piste (pour prévenir des crampes et rester en forme).
- Manger (ni trop gras, ni trop copieux, vous vous sentirez mieux). Mais la moto sur piste est un sport et votre corps aura besoin de carburant.
- Prendre quelques outils (démontage des retros, resserrer une pièce...). Si vous êtes en voiture ne vous privez pas de prendre aussi de l'huile, du liquide de refroidissement.
- Des leviers ou sélecteurs de rechange peuvent vous sauver une journée piste, pensez-y !
- Arriver avec le plein, ou un bidon d'essence de secours si vous êtes venue en voiture+remorque, mais en général, un plein vous suffira à faire la journée de roulage.
- En bonus, pour le confort sur le paddock, vous pourrez investir dans une tente paddock, petit frigo ou glacière, radio, chaise longue et tout ce qui pourra améliorer votre confort sur place.

Alors, on se lance ?

Please reload

La moto
L'administratif
Une fois sur circuit, les règles de base
Pensez à